Les 5 règles pour écrire de bons articles

Rédactrices, rédacteurs, lâchez les stylos ! L’heure est à la visualisation de ce que vous écrirez bientôt !

1. Chouchoutez les mots !

Rien de pire pour un rédacteur que de ne pas écrire en bon français. Une orthographe irréprochable est le minimum requis pour offrir sa plume aux autres. À cette étape, il est même inconcevable de devoir avoir à le préciser…

Cela dit, les fautes d’inattention arrivent même aux meilleurs. Pour parer à ce souci le mieux est de garder à l’esprit que l’on n’écrit pas pour soi. Un peu de respect pour le client n’est donc pas de trop en termes de maitrise du français, de sa syntaxe et grammaire. Les mots sont tout coton, et ont besoin de soins particuliers. Sinon vos textes, même avec le meilleur contenu, sembleront grossiers.

À défaut, munissez-vous d’un bon dico !

2. Vous avez de grandes idées…ne l’oubliez pas !

Lors de missions de rédaction, vous êtes amenés à réfléchir sur des sujets divers.

Restons honnêtes, nous ne sommes pas amenés à écrire des études de cas, en s’érigeant en grands spécialistes. Ce n’est pas péjoratif mais réaliste !

Les thèmes et demandes sont variés. Tous plus intéressants les uns que les autres.

Il y en aura forcément qui vous parleront, qui réveilleront en vous quelque de chose de familier ou une connaissance que vous pouvez utiliser.

Alors mon conseil pour des textes qui en disent long, montrez-vous confiants. Puisez en vous un peu de votre expérience et montrez-vous expert en la matière. Vous vous y connaissez et c’est exactement ce que veut ressentir le client.

Vos textes sentiront le vécu, auront du chien…euh je veux dire, mettez-y du vôtre, ils vous le rendront bien.

3. Soyez souple !

Pas de règle fixe en écriture d’articles.

Les rédacteurs doivent, à la consigne, reconnaître à quelle famille de contenu ils ont affaire et adopter leur comportement en conséquence.

Que l’on écrive pour des professionnels ou pour un blog ne demande pas les mêmes exigences, ni le même vocabulaire, encore moins le même style.

Ces paramètres sont à respecter pour répondre aux attentes de tous et instaurer un climat de confiance avec vos employeurs.

Un blog et son contenu personnel sera moins pointu et privilégiera la légèreté et l’interactivité alors que les sites commerciaux voudront un vocabulaire accrocheur, vendeur sans en faire trop.

Autrement dit, écrire n’est pas une recette toute-prête-à-l’emploi que l’on sert à toutes les sauces.

4. Respectez les consignes !

Notamment en termes de taille et de structure.

Si elles ne sont pas précisées par le client, sachez utiliser les règles de base.

Un article bien écrit se compose d’une introduction, d’un corps de texte et d’une conclusion. Le nombre limite de mots devrait toujours être précisé en amont mais, si ce n’est pas le cas, sachez qu’en général, 350 à 500 mots est un minimum. L’idéal est bien sûr plus de 1000 mots pour permettre un référencement optimal.

L’intro devra tout de suite peindre le tableau. Soyez concis avec moins de 100 mots, 50 à 70.

Il doit vous servir de boussole pour aiguiller le lecteur vers la suite logique (ou non) du texte.

La conclusion, elle, devra fermer le sujet en reprenant les grandes idées.  Une note d’humour ou une référence est souvent la bienvenue à ce moment-là

5. Prenez votre temps !

Respecter son client et la confiance qu’il a mis en vous devrait être votre credo. Même si cela doit prendre du temps, ce principe vous mènera loin.

Cela se concrétise par l’application de toutes les autres étapes pré-citées en conjugaison avec celle-ci : offrez à votre texte un check-up mérité. Ne serait-ce que pour revoir les fautes éventuelles et les corriger.

L’autre technique utile en rédaction, de façon incontournable : la recherche !

N’hésitez pas à faire un tour vers le dictionnaire, vos lectures et la toile. Votre culture générale ne sera pas toujours suffisante.

Vous y trouverez toutes les précisions nécessaires, les thématiques et l’actualité du moment. Avec un peu de temps et une bonne maitrise des moteurs de recherche, vous approfondirez vos sujets pour apporter des informations solides à vos textes, ce qui appuiera votre crédibilité.

En bref…

  • Maîtriser la langue de Molière ;
  • Puiser dans ses ressources ;
  • S’adapter aux différentes exigences ;
  • Être clair et cohérent ;
  • Passer du temps sur les recherches.

Ceci est la base d’un bon article.

Source : mes-id-mots.com/

Rédacteur web chez MicroSystem depuis 2019. Diplômé d'un Master en Journalisme et communication.
Posts created 113

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut